L’imprimerie de presse est un métier de labeur issu de l’invention de Johannes Gutenberg en 1450.

Depuis maintenant des siècles, l’Homme imprime le papier afin de vulgariser l’information et de laisser une trace, une preuve de son passage dans l’Histoire.

Les livres ainsi que la presse en sont l’héritage.

Voici un condensé de l’Histoire de l’imprimerie et de ses techniques de Gutenberg à nos jours…

La presse typographique

Ce procédé majeur d’impression en Europe consistait à encrer des caractères en plomb ou en bois puis à les appliquer avec une forte pression sur un support papier.

4486194141_30b0f70feb_b.jpeg

Ce système d’impression fût supplanté au cours du XIXème siècle par la presse Offset, héritage de la lithographie, système permettant l’impression de papier en quadrichromie entre 2

cylindres. 

 

La presse Offset

La presse offset suit plusieurs étapes :

  • La préparation des plaques. Les plaques offset sont des plaques en aluminium recouvertes de 2 films comportant les éléments à imprimer gravés au laser : l’un hydrophile, l’autre lipophile. Pour les impressions en quadrichromie, il n’est possible d’apposer qu’une couleur par plaque.
  • Lors de l’impression les plaques sont soumises à 2 éléments : l’eau, qui viendra recouvrir les parties du film hydrophiles, puis l’encre grasses venant se fixer sur les parties lipophiles.
  • Enfin le transfert des éléments à imprimer se fait à l’aide d’un cylindre en caoutchouc ou silicone appelé blanchet. L’encre passe de la plaque offset au blanchet qui par un mouvement rotatif appuyé transfert l’encre sur le papier.

 

Commercial._Le_Samedi_BAnQ_P48S1P03551.jpg

La presse rotative

La presse rotative, inventée en 1847 par l’américain Richard M. HOE – basée sur le principe de l’offset – a révolutionné le tirage en grandes quantités. En effet, elle a permis de passer de l’impression feuille à feuille chère à l’offset à une impression sur bobine de papier permettant un rendement supérieur.

La coupe du papier se faisant en sortie d’impression, les 4 blanchets (dans l’ordre noir, cyan, magenta, jaune) peuvent tourner en continu et imprimer une grande quantité de papier sans interruption.

Schéma_rotative.png

L’impression par héliogravure

Elle constitue la dernière évolution de l’imprimerie de presse de labeur. Cette méthode consiste à graver directement des cylindres métallique avec les caractères à imprimer et fait fi des plaques intermédiaires. L’encre est directement déposée sur les cylindres puis sur le papier.

 

L’impression numérique.

pexels-photo-200303.jpeg

L’impression numérique s’est développée avec l’essor de l’ordinateur personnel en 1984 grâce aux premiers modèles Macintosh développés par Apple.

 

L’impression numérique a été une avancée technologique sans précédent dans l’impression à court tirage car elle a permis de faire abstraction des formes imprimantes – telles que les plaques offset – en envoyant les informations à retranscrire sur papier à la machine d’impression directement depuis l’ordinateur.

Ce système, autorisant une réelle flexibilité dans les (re)tirages, a permis d’introduire les impressions à données variables et la personnalisation de l’impression. L’impression numérique en quadrichromie se fait grâce à deux types d’encres : le toner (poudre de fixée sur le papier avec un passage à haute température) et les encres UV (liquide fixé sur le support à l’aide de lampe UV).

pexels-photo-297648.jpeg

En effet, il est désormais possible grâce à l’impression numérique de choisir les éléments à mettre en couleur ainsi que la graisse des caractères à changer de manière ponctuelle au sein d’un texte. La qualité des photographies imprimées à bien entendu été grandement améliorée par la même occasion.